Cit'Light

Cit’Light est une association citoyenne qui vise à communiquer par rapport à l’ensemble d’outils et d’alternatives qui peuvent nous permettre à nous, citoyens, de se réapproprier notre environnement. Au travers d’analyses de fond et d’un tour des initiatives associatives existantes à l’étranger et en Belgique, il devient possible pour tout un chacun de participer clés en main à la construction de la société de demain.

Nous voyons depuis une décennie l’efflorescence de procédés et d’outils numériques appelés « Civic Tech », entrés progressivement dans notre quotidien. Ce terme provenant de l’anglais « Civic Technology » peut se traduire par « technologie citoyenne ». À l’époque de l’open government d’Obama et du hacking embarqué d’Anonymous, serions-nous à l’aube d’une nouvelle révolution rabattant les cartes entre les gouvernants et les gouvernés ou s’agirait-il du dernier bluff d’un système ne parvenant pas à se renouveler ?

If you are anything like me, the political activism of your high school years was either non-existent or, in essence, largely symbolic and not very effective. It will have been with no small sense of shame, then, that you watched a determined group of Belgian schoolchildren go on strike to protest the lack of action in confronting the biggest challenge of multiple generations: climate change. Truth flows from the mouths of babes, as the scripture tells us, and in this case there is no ambiguity. A radical shift is needed, now, immediately, if we are to avoid catastrophe. In this article, we examine how there are a number of different movements within Brussels which look to bypass traditional political channels and provide solutions to the issues.

« Kot-à-projets » : ce terme peut très bien vous sembler étrange et ne rien vous évoquer. Ou au contraire, vous rappeler de doux souvenirs étudiants d’une époque proche ou lointaine… Mais que signifie en réalité ce curieux mot composé ?

Les emballages plastiques sont toujours omniprésents dans notre vie quotidienne et notamment dans nos habitudes de consommation alors que quelques initiatives législatives et citoyennes visent à les réduire. Voici un petit tour d’horizon afin de vous aider à évaluer la dangerosité pour l’environnement et pour votre santé des emballages des produits que vous achetez.

Pourtant fleuron de la technologie robotique, Boston Dynamics est cédé le 9 juin 2017 par Alphabet. Sans aucun doute, il s’agissait d’une tentative de Google de se séparer des images d’horreur et de fascination que les robots humanoïdes ont laissé dans les esprits. En effet, le géant essaye maintenant de se revêtir d’une image plus sympathique pour aider à disperser la résistance montante contre le monopole titanesque qu’il s’est construit. Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Comment se fait-il qu’un service qui semble aussi banal qu’un moteur de recherche ait propulsé Google au sommet des entreprises mondiales? Bien qu’il soit devenu le champion dans bien des catégories, on va voir comment il est possible d’au moins arracher la recherche sur internet des mains dantesques d’Alphabet.

Ce qu’on appelle le « zéro déchet » est un concept assez simple pour un acte percutant du citoyen-consommateur : ne pas acheter ce qui produit des déchets et ne pas faire de déchets soi-même. Ce concept interdit-il cependant toutes formes de consommations ?

Nos villes sont à la fois un lieu de vie et un lieu de travail. Il est donc habituel de voir de nombreux immeubles de bureaux en se promenant dans certains quartiers. Cependant, dans une ville comme Bruxelles, un cinquième des bureaux restent inoccupés pour différentes raisons. La demande de bureaux n’étant pas en augmentation actuellement, tout cet espace est donc perdu. Cet espace perdu est parfois reconverti, ce qui permet à certaines villes de diminuer fortement leur quantité de bureaux vides. Revenons sur les possibilités de reconversions ainsi que sur les enjeux et opportunités de cette reconversion de bureaux vides offre.